Revue  : Revue des Sciences Humaines

La Revue des Sciences Humaines (RSH), fondée dans les années trente, belle revue à la présentation soignée, en est aujourd'hui à son numéro 330.

Publiée avec le soutien du CNL, du CNRS et des Universités Lille 3, elle bénéficie d'un rayonnement international, notamment aux États-Unis et au Japon.

Fondée en 1927 par Émile Bréhier (historien de la philosophie, membre de l'Institut), sous l'intitulé Revue d'histoire de la philosophie, devenue Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation en 1933 sous l'impulsion de René Jasinski (professeur à l'université de Lille puis à la Sorbonne et à Harvard), la Revue des Sciences humaines prend son titre actuel le 1er janvier 1947.
À partir de 1980 elle est successivement et collégialement dirigée par Jean Decottignies (de 1980 à 1995), Philippe Bonnefis (1980-2001), Pierre Malandain (1995-2001), Alain Buisine (1995-2009), Gérard Farasse (1999-2014) et Dominique Viart (depuis 2001).

• ISSN : 00352195
• 4 numéros par an

Description et organisation de la revue 

Écrire dans la revue 

S'abonner à la revue 

Hommage à Philippe Bonnefis

La Revue des Sciences Humaines est en deuil.

Philippe Bonnefis nous a quitté le 5 mai 2013, avec lui, elle a perdu celui qui, en compagnie de Jean Decottignies, avait fait d'elle la revue prestigieuse qu'elle est devenue. Il l'avait animée durant vingt ans et continuait d'en être le conseiller attentif. Homme de goût, il ne se souciait pas seulement de la qualité des études critiques qui y sont publiées, il se préoccupait aussi de la maquette de couverture, de la typographie, de la qualité du papier. Il ne négligeait rien. Il manifestait ces mêmes qualités dans la direction de sa collection, « Objet », des Presses universitaires du Septentrion, où sont parus tant d'ouvrages remarquables. Enseignant exceptionnel, il a marqué des générations d'étudiants que ce soit à l'Université de Lille III ou à Emory University (Atlanta). Qui avait assisté une fois à l'un de ses cours ne pouvait plus l'oublier. Chacun d'entre eux était un événement que l'on attendait, de semaine en semaine. Il avait l'art de ménager l'intérêt et de surprendre, l'art, en partant d'un détail négligé, de faire redécouvrir les œuvres les plus connues, comme celle de Maupassant. Beaucoup de ses étudiants, de ses amis, devenus à leur tour professeurs, ont une dette à son égard : il ne ménageait pas sa peine pour les conseiller et leur venir en aide, il les lisait, il les corrigeait, il suggérait, il les publiait. Ce fut, comme aurait dit Ponge, un suscitateur. Tous reconnaissent en lui un maître.
De cet art, ses nombreux livres publiés par les éditions Galilée témoignent : sur Flaubert, Céline, Giono, Michaux mais aussi sur Pascal Quignard ou Claude Louis-Combet, ou encore sur son ami, Valerio Adami, qu'il a traduit et dont il a commenté les portraits. Car il fut de ceux qui ont su porter l'attention sur la littérature contemporaine et en montrer les richesses. Pour qui ne fut pas son étudiant, c'est un legs précieux, stimulant. Car plus que des ouvrages critiques, ces livres sont des essais inventifs où le lecteur savoure à la fois l'œuvre commentée et le verbe de qui la commente : une prose exacte où toute la richesse de la langue est exploitée, chaque mot mis à sa juste place, une prose, qui par son rythme et sa beauté, a une vertu euphorisante. Peintres et écrivains le tenaient pour l'un des leurs. Un dernier livre venait de paraître, comme toujours enjoué autant qu'érudit. Philippe Bonnefis s'y révèle libre comme jamais et c'est aussi de lui qu'il parle entre les lignes: sa manière sans doute de rester parmi nous. Ce livre s’appelle Pascal Quignard, une colère d’orgues : qu’elles sonnent aujourd’hui à sa mémoire.

Gérard Farasse et Dominique Viart

1 2 3 4 5 6 >>>
    retrier par titre










Revue des Sciences Humaines, n°333/janvier-mars 2019
« Ce qui parle en moi » : l'étrangeté de la voix



Édité par Camille Fallen, Bénédicte Gorillot, Élisabeth Rigal
Revue des Sciences Humaines, n°332/octobre-décembre 2018
Avec Michel Deguy. Poétique & Philosophie
Le volume est consacré à l'œuvre (à la fois philosophique et poétique) de Michel Deguy (œuvre internationalement reconnue et assez largement traduite). Il est composé de 10 contributions qui en présentent les principaux axes et des réponses données par M. Deguy à chacune.



Édité par Nathalie Piégay, Marie-Laure Rossi
Revue des Sciences Humaines, n°331/juillet-septembre 2018
La littérature au risque des médias
On s'est beaucoup interrogé sur les effets des médias et du à présent du numérique sur la lecture : comment modifient-ils la réception des textes et les conditions de la lecture ? Ce volume s’interroge sur la façon dont les médias sont représentés par la littérature mais aussi sur la manière dont les auteurs tiennent compte, dans leur œuvre...



Édité par Adelaide Russo, Jean-Marc Moura
Depuis trente ans, les études littéraires de langue française, élargies à  toutes les régions francophones du monde, ont vu évoluer leurs méthodes critiques et la définition même de l'objet littéraire s'est étendue. Les littératures dites francophones ont ainsi acquis une importance nouvelle qu’il convient d’examiner. Nous proposons ici...



Édité par David Christoffel
Revue des Sciences Humaines, n°329/janvier-mars 2018
Orphée dissipé. Poésie et musique aux XXe et XXIe siècles
Une synthèse ample et détaillée des rapports entre poésie et musique sur les 100 dernières années. Si les rapports entre poésie et musique peuvent paraître distendues quand ils sont inexistants, il est donc important de relever qu'ils peuvent être tendus ou malentendus là où ils essayent d’exister. En thématisant les malentendus sur lesquels...



Édité par André Benhaïm, Anne Simon
Revue des Sciences Humaines, n°328/décembre 2017
Zoopoétique. Des animaux en littérature de langue française (XXe-XXIe siècles)
La zoopoétique est une approche littéraire des textes fondée sur un dialogue renouvelé avec les sciences humaines et les sciences du vivant. Elle met en valeur la pluralité des moyens stylistiques, linguistiques et narratifs qui permettent aux écrivains de restituer la diversité des affects et des mondes animaux, et la richesse des interactions...



Édité par Christelle Reggiani
En regard des théories linguistiques, qui en font un « désignateur rigide », l'idée de poétique du nom propre paraît relever du paradoxe. Parce que la pensée de la langue, loin d’être le propre de la linguistique, l’est aussi bien de la littérature, ce volume se propose pourtant d’explorer quelques poétiques du nom propre mises en œuvre à...



1 2 3 4 5 6 >>>
Lille 1 Lille 2 Lille 3 Université du littoral, côte d'Opale Université Valenciennes Hainaut Cambrésis Université Catholique de Lille