Revue  : Revue des Sciences Humaines

La Revue des Sciences Humaines (RSH), fondée dans les années trente, belle revue à la présentation soignée, en est aujourd'hui à son numéro 326.

Publiée avec le soutien du CNL, du CNRS et des Universités Lille 3, elle bénéficie d'un rayonnement international, notamment aux États-Unis et au Japon.

Fondée en 1927 par Émile Bréhier (historien de la philosophie, membre de l'Institut), sous l'intitulé Revue d'histoire de la philosophie, devenue Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation en 1933 sous l’impulsion de René Jasinski (professeur à l’université de Lille puis à la Sorbonne et à Harvard), la Revue des Sciences humaines prend son titre actuel le 1er janvier 1947.
À partir de 1980 elle est successivement et collégialement dirigée par Jean Decottignies (de 1980 à 1995), Philippe Bonnefis (1980-2001), Pierre Malandain (1995-2001), Alain Buisine (1995-2009), Gérard Farasse (1999-2014) et Dominique Viart (depuis 2001).

• ISSN : 00352195
• 4 numéros par an

Description et organisation de la revue 

Écrire dans la revue 

S'abonner à la revue 

Hommage à Philippe Bonnefis

La Revue des Sciences Humaines est en deuil.

Philippe Bonnefis nous a quitté le 5 mai 2013, avec lui, elle a perdu celui qui, en compagnie de Jean Decottignies, avait fait d'elle la revue prestigieuse qu'elle est devenue. Il l'avait animée durant vingt ans et continuait d'en être le conseiller attentif. Homme de goût, il ne se souciait pas seulement de la qualité des études critiques qui y sont publiées, il se préoccupait aussi de la maquette de couverture, de la typographie, de la qualité du papier. Il ne négligeait rien. Il manifestait ces mêmes qualités dans la direction de sa collection, « Objet », des Presses universitaires du Septentrion, où sont parus tant d'ouvrages remarquables. Enseignant exceptionnel, il a marqué des générations d'étudiants que ce soit à l'Université de Lille III ou à Emory University (Atlanta). Qui avait assisté une fois à l'un de ses cours ne pouvait plus l'oublier. Chacun d'entre eux était un événement que l'on attendait, de semaine en semaine. Il avait l'art de ménager l'intérêt et de surprendre, l'art, en partant d'un détail négligé, de faire redécouvrir les œuvres les plus connues, comme celle de Maupassant. Beaucoup de ses étudiants, de ses amis, devenus à leur tour professeurs, ont une dette à son égard : il ne ménageait pas sa peine pour les conseiller et leur venir en aide, il les lisait, il les corrigeait, il suggérait, il les publiait. Ce fut, comme aurait dit Ponge, un suscitateur. Tous reconnaissent en lui un maître.
De cet art, ses nombreux livres publiés par les éditions Galilée témoignent : sur Flaubert, Céline, Giono, Michaux mais aussi sur Pascal Quignard ou Claude Louis-Combet, ou encore sur son ami, Valerio Adami, qu'il a traduit et dont il a commenté les portraits. Car il fut de ceux qui ont su porter l'attention sur la littérature contemporaine et en montrer les richesses. Pour qui ne fut pas son étudiant, c'est un legs précieux, stimulant. Car plus que des ouvrages critiques, ces livres sont des essais inventifs où le lecteur savoure à la fois l'œuvre commentée et le verbe de qui la commente : une prose exacte où toute la richesse de la langue est exploitée, chaque mot mis à sa juste place, une prose, qui par son rythme et sa beauté, a une vertu euphorisante. Peintres et écrivains le tenaient pour l'un des leurs. Un dernier livre venait de paraître, comme toujours enjoué autant qu'érudit. Philippe Bonnefis s'y révèle libre comme jamais et c'est aussi de lui qu'il parle entre les lignes: sa manière sans doute de rester parmi nous. Ce livre s’appelle Pascal Quignard, une colère d’orgues : qu’elles sonnent aujourd’hui à sa mémoire.

Gérard Farasse et Dominique Viart

1 2 3 4 5 6 >>>
    retrier par titre

Édité par Christelle Reggiani
En regard des théories linguistiques, qui en font un « désignateur rigide », l'idée de poétique du nom propre paraît relever du paradoxe. Parce que la pensée de la langue, loin d’être le propre de la linguistique, l’est aussi bien de la littérature, ce volume se propose pourtant d’explorer quelques poétiques du nom propre mises en œuvre à...



Édité par Hélène Baty-Delalande, Maxime Decout
Revue des Sciences Humaines, n°326/avril - juin 2017
Écrits de guerre : des laboratoires esthétiques
Si on a souvent étudié les enjeux d'une écriture de la guerre, on a moins prêté attention à ses répercussions, après coup, sur la forme et les enjeux des œuvres littéraires. Qu’elle menace la cohérence d’une poétique ou infléchisse un parcours, l’épreuve polémique devient césure. Prendre la mesure des reconfigurations esthétiques et éthiques...



Édité par Wolfgang Asholt, Jutta Fortin, Jean-Bernard Vray
Revue des Sciences Humaines, n°325/janvier - mars 2017
Yves Ravey, une écriture de l'exigence
L'œuvre d’Yves Ravey, estampillée par l’histoire, la culture, la littérature de la Mitteleuropa et assumant fortement, dans la distance de la seconde génération, la secousse de la Shoah, occupe une place singulière dans le champ de la littérature contemporaine française. Ce volume, qui accueille deux textes inédits de l’auteur, est le premier...



Édité par Dominique Viart
Depuis qu'elle a délaissé le formalisme et est redevenue transitive, la littérature française s’est redonné des objets extérieurs à elle-même. Dès lors elle s’avance sur le terrain spécifique des sciences humaines et sociales et entre en dialogue avec ces disciplines. Poursuivant le travail engagé dans le n°321 de la RSH sur le savoir historique...



Édité par José-Luis Diaz
En mettant au coeur de notre recherche cette notion d'« homme social » (9 occurrences dans La Comédie humaine), il s’agit de s’intéresser, non tant à la vision d’ensemble qu’a Balzac de l’évolution de la société, mais à la manière dont il dramatise et, tout à la fois, analyse le comportement social de ses personnages, quand ils se meuvent sur...



Édité par Dominique Soulès
Revue des Sciences Humaines, n°322/avril - juin 2016
Antoine Volodine et la constellation « post-exotique »
Multipliant les hétéronymes, Volodine est une figure singulière de la littérature contemporaine. Ce volume (actes augmentés d'une journée d’étude sur le post-exotisme) traite de tous ses hétéronymes et aussi de la littérature post-exotique pour la jeunesse, élargissant ainsi la perspective des études antérieures...



Édité par Wolfgang Asholt, Ursula Bähler
Revue des Sciences Humaines, n°321/janvier - mars 2016
Le savoir historique de la littérature contemporaine
Après la longue phase de présentisme et de littérarité qui avait caractérisé une certaine tendance de la modernité (des avant-gardes au Nouveau Roman), le roman français, depuis la fin du « siècle des extrêmes » (Eric Hobsbawm), se confronte de nouveau à l'histoire, ce qui a suscité de vifs débats sur le rapport entre historiographie et...



Édité par Djemaa Maazouzi, Nelly Wolf
Les slogans scandés dans les manifestations pendant et après Mai 68 (« Nous sommes tous des Juifs allemands !»/ »Nous sommes toutes des avortées ! ») signalent l'émergence d’un nouveau type de solidarité, fondée sur la fusion, l’inclusion et le partage. Ce numéro a pour but d’étudier comment ce nouvel imaginaire de l’universel s’est inscrit...



Édité par Danièle Méaux
Le dix-neuvième siècle s'est focalisé sur la temporalité et sur l’histoire. De nos jours, l’attention se porte davantage vers la dimension spatiale. Le paysage, l’environnement et le cadre de vie focalisent les préoccupations. La plupart des phénomènes sociétaux semblent désormais pouvoir être analysés en fonction de la manière dont ils se...



Édité par Dolorès Lyotard
Par quelques exemples singuliers, ce recueil L'Écrivain et son peintre, se propose d'étudier le rapport notable qui lie un écrivain au peintre qu’il choisit de solliciter et de commenter dans son œuvre, ou le rapport plus rare dont l’écrivain est sujet quand un peintre élit le nom ou l’œuvre de celui-ci pour accompagner sa pratique esthétique...



1 2 3 4 5 6 >>>
Lille 1 Lille 2 Lille 3 Université du littoral, côte d'Opale Université Valenciennes Hainaut Cambrésis Université Catholique de Lille