Penser pour rien

Penser pour rien

Littérature et monomanie


Objet
On pourrait aisément imaginer un Traité du savoir penser comme il existe des Traités de savoir-vivre. L'auteur de ce livre a choisi d'explorer les mauvaises manières de la pensée que la littérature, généreusement, accueille : penser à des riens, penser sans produire de pensées, pensée qui s'affole de la multiplicité des possibles et qui bute sur des contradictions insurmontables, et même mauvaises pensées que l'écrivain s'acharne à penser cependant. Au philosophe qui enchaîne des idées claires en une démonstration efficace, ce livre substitue, entre rire et pathologie, un portrait de l'écrivain en monomaniaque titubant, hanté par l'incorrigible manie de penser.

Nathalie Barberger est maître de conférences en littérature française à l'Université de Lille 3. Elle est notamment l'auteur de Michel Leiris, l'écriture du deuil, et Le Réel de traviole, publiés aux Presses Universitaires du Septentrion.

Titre Penser pour rien
Sous-titre Littérature et monomanie
Édition Première édition
Partie du titre Numéro 62
Collection Objet
ISSN 02917335
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
BISAC Classifications thématiques LIT000000 LITERARY CRITICISM
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3435 LITTÉRATURE GENERALE
3643 Essais littéraires
Date de première publication du titre 06 décembre 2007
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: DS
Support Livre broché
Nb de pages 212 p.
ISBN-10 2757400126
ISBN-13 978-2-7574-0012-8
GTIN13 (EAN13) 9782757400128
Référence 1057
Date de publication 06 décembre 2007
Nombre de pages de contenu principal 212
Format 14 x 24 cm
Poids 350 gr
Prix 18,00 €
 


Nathalie Barberger

Professeur de littérature française à Lyon 2, spécialités : littérature du XXe,
Littérature et pensée, littérature et psychanalyse, Proust, Beckett, Leiris.
Ancienne élève de l'ENS, agrégée de lettres modernes, doctorat de lettres.


Nathalie Barberger
Objet Numéro 76
Walter Benjamin écrit : « Nous sommes devenus très pauvres en expériences du seuil. L'endormissement est peut-être la seule qui nous soit restée (mais avec le réveil aussi). » Cet essai explore quelques expériences du seuil



Nathalie Barberger
Le réel de traviole
Artaud, Bataille, Leiris, Michaux et alii
Objet Numéro 50
« Je voudrais faire un Livre qui dérange les hommes, qui serait comme une porte ouverte [...] une porte simplement abouchée avec la réalité » : la déclaration intempestive d'Artaud dans L'Ombilic des limbes formule l'appel à un plus de...



Nathalie Barberger
Objet Numéro 37
La Règle du jeu de Michel Leiris et les textes qui la prolongent témoignent, alors même que le mythe du sujet s'est effondré, d'une interminable " fin de partie ". Autobiographie intempestive, l'entreprise de Leiris permet de cerner ces...





Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Édité par Florence de Chalonge, François Noudelmann
Figure, pensée, voix
Pour Bruno Clément
Littératures
Dans le second vingtième siècle, la réflexion sur la figure dans le langage verbal a bousculé les frontières disciplinaires et revisité les perspectives théoriques en réinterrogeant les distinctions entre abstrait et concret, intelligible et sensible, spéculatif et narratif. C'est à travers un hommage à Bruno Clément dont les recherches marquées...



Édité par Nelly Wolf, Matthieu Rémy
Perspectives
Cet ouvrage collectif veut montrer que, contrairement à l'idée reçue, Mai 68 a exercé une influence à la fois rapide, profonde et durable sur la littérature. Non seulement les écrivains se sont engagés dans l’action à l’instar de Blanchot ou Duras, mais le mouvement a inspiré aux romanciers, poètes et dramaturges, témoins ou acteurs de Mai, une ...









Lille 1 Lille 2 Lille 3 Université du littoral, côte d'Opale Université Valenciennes Hainaut Cambrésis Université Catholique de Lille