Revue  : Revue des Sciences Humaines

La Revue des Sciences Humaines (RSH), fondée dans les années trente, belle revue à la présentation soignée, en est aujourd'hui à son numéro 330.

Publiée avec le soutien du CNL, du CNRS et des Universités Lille 3, elle bénéficie d'un rayonnement international, notamment aux États-Unis et au Japon.

Fondée en 1927 par Émile Bréhier (historien de la philosophie, membre de l'Institut), sous l'intitulé Revue d'histoire de la philosophie, devenue Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation en 1933 sous l'impulsion de René Jasinski (professeur à l'université de Lille puis à la Sorbonne et à Harvard), la Revue des Sciences humaines prend son titre actuel le 1er janvier 1947.
À partir de 1980 elle est successivement et collégialement dirigée par Jean Decottignies (de 1980 à 1995), Philippe Bonnefis (1980-2001), Pierre Malandain (1995-2001), Alain Buisine (1995-2009), Gérard Farasse (1999-2014) et Dominique Viart (depuis 2001).

• ISSN : 00352195
• 4 numéros par an

Description et organisation de la revue 

Écrire dans la revue 

S'abonner à la revue 

Hommage à Philippe Bonnefis

La Revue des Sciences Humaines est en deuil.

Philippe Bonnefis nous a quitté le 5 mai 2013, avec lui, elle a perdu celui qui, en compagnie de Jean Decottignies, avait fait d'elle la revue prestigieuse qu'elle est devenue. Il l'avait animée durant vingt ans et continuait d'en être le conseiller attentif. Homme de goût, il ne se souciait pas seulement de la qualité des études critiques qui y sont publiées, il se préoccupait aussi de la maquette de couverture, de la typographie, de la qualité du papier. Il ne négligeait rien. Il manifestait ces mêmes qualités dans la direction de sa collection, « Objet », des Presses universitaires du Septentrion, où sont parus tant d'ouvrages remarquables. Enseignant exceptionnel, il a marqué des générations d'étudiants que ce soit à l'Université de Lille III ou à Emory University (Atlanta). Qui avait assisté une fois à l'un de ses cours ne pouvait plus l'oublier. Chacun d'entre eux était un événement que l'on attendait, de semaine en semaine. Il avait l'art de ménager l'intérêt et de surprendre, l'art, en partant d'un détail négligé, de faire redécouvrir les œuvres les plus connues, comme celle de Maupassant. Beaucoup de ses étudiants, de ses amis, devenus à leur tour professeurs, ont une dette à son égard : il ne ménageait pas sa peine pour les conseiller et leur venir en aide, il les lisait, il les corrigeait, il suggérait, il les publiait. Ce fut, comme aurait dit Ponge, un suscitateur. Tous reconnaissent en lui un maître.
De cet art, ses nombreux livres publiés par les éditions Galilée témoignent : sur Flaubert, Céline, Giono, Michaux mais aussi sur Pascal Quignard ou Claude Louis-Combet, ou encore sur son ami, Valerio Adami, qu'il a traduit et dont il a commenté les portraits. Car il fut de ceux qui ont su porter l'attention sur la littérature contemporaine et en montrer les richesses. Pour qui ne fut pas son étudiant, c'est un legs précieux, stimulant. Car plus que des ouvrages critiques, ces livres sont des essais inventifs où le lecteur savoure à la fois l'œuvre commentée et le verbe de qui la commente : une prose exacte où toute la richesse de la langue est exploitée, chaque mot mis à sa juste place, une prose, qui par son rythme et sa beauté, a une vertu euphorisante. Peintres et écrivains le tenaient pour l'un des leurs. Un dernier livre venait de paraître, comme toujours enjoué autant qu'érudit. Philippe Bonnefis s'y révèle libre comme jamais et c'est aussi de lui qu'il parle entre les lignes: sa manière sans doute de rester parmi nous. Ce livre s’appelle Pascal Quignard, une colère d’orgues : qu’elles sonnent aujourd’hui à sa mémoire.

Gérard Farasse et Dominique Viart

<<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>>
    retrier par titre

Édité par Anne Richardot
En matière de réflexions sur la littérature, le XIXe siècle est un siècle de mutations. La ruine de l'édifice des poétiques et des rhétoriques et la mise au pilori de ses mentors (Boileau, La Harpe, Marmontel...), a été le signal d’une constante critique de la critique. Mais c’est précisément cette fin de non-recevoir opposée ...



Édité par José-Luis Diaz
Revue des Sciences Humaines, n°295/juillet - septembre 2009
Préfaces et manifestes du XIXe siècle
En matière de réflexions sur la littérature, le XIXe siècle est un siècle de mutations. La ruine de l'édifice des poétiques et des rhétoriques et la mise au pilori de ses mentors (Boileau, La Harpe, Marmontel...), a été le signal d'une...



Édité par Sophie Lefay
Les articles de ce numéro s'intéressent aux origines et au devenir du panorama : sont ici étudiés la généalogie, les développements, avatars, transpositions et prolongements du dispositif que le peintre irlandais Robert Barker fit breveter en...



Édité par Andrew Asibong, Shirley Jordan
Revue des Sciences Humaines, n°293/janvier - mars 2009
Marie NDiaye : l'étrangeté à l’œuvre
Ce numéro explore l'œuvre de Marie N'Diaye, l'un des plus importants écrivains contemporains en France. C'est le premier volume d'essais entièrement consacré à cet auteur. Il réunit les analyses de douze...



Édité par Gérard Farasse
L'art se transmet souvent d'homme à homme, passe de la main à la main, dans une relation intime et forte, quasi familiale, qui commence par une reconnaissance, soit que l'artiste en herbe élise un de ses aînés pour le constituer en parrain ou en...



Édité par Lydia Vazquez
Ce numéro veut appréhender Marivaux autrement : nous avons osé appeler Marivaux libertin, sans ambiguïté. Nous l'avons lu depuis l'étranger (l'Espagne, l'Australie...). Nous l'avons pensé auteur homme, écrivant au féminin pluriel. Nous avons eu...



Édité par Charles Grivel
Revue des Sciences Humaines, n°290/avril - juin 2008
Les vies parallèles d'Alexandre Dumas
Il y a pléthore, ou alors embonpoint. Visions succédanées, ou alors successives. Des substituts font la chaîne. Mille et quelques personnages, célèbres ou piètres, fantômes assurément tous, des héros grosse pointure, d'Artagnan...



Édité par Gérard Farasse
Ce numéro part d'une constatation : si le nu est fréquemment étudié dans le domaine de la peinture, il ne l’est guère dans celui de la littérature, « en toutes lettres ». Il se propose de combler un vide en s’interrogeant sur la représentation du nu du XVIIIe siècle (Marivaux, Sade) à nos jours (Bataille, Duras, Jean-Jacques Schuhl),...



Édité par Marie-Pascale Huglo, Serge Cardinal, Sarah Rocheville
Dans notre culture contemporaine dominée par l'image, l’importance de la voix tend à être minimisée. Pourtant, nous sommes entourés de voix qui modèlent, peut-être à notre insu, nos espaces culturels et intimes. Au carrefour de la parole et du chant, du langage et du cri, de la présence et de l’absence, la voix est un lieu d’échanges ...



Édité par Myriam Boucharenc
Peut-on faire du «retard français» un objet des sciences sociales? ? Oui, à la condition de s'attacher au discours sur le retard et de délaisser la posture évaluative qui conduit soit à la «tardophilie» soit à...



<<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>>
Lille 1 Lille 2 Lille 3 Université du littoral, côte d'Opale Université Valenciennes Hainaut Cambrésis Université Catholique de Lille