Notes aux auteurs

Vous pouvez télécharger la note aux auteurs pour la rédaction ainsi que la note aux auteurs pour l'édition :

​Dernière mise à jour : janvier 2014.

 

 

Note aux auteurs pour la rédaction

Depuis janvier 2013, les ouvrages édités par les PU du Septentrion
seront proposés simultanément en versions papier et numériques.

Recommandations pour la saisie du texte

 Mise en forme : elle doit être la plus claire possible (elle sera de toute façon entièrement remaniée). Le texte peut être mis en forme avec des styles, à chaque type de texte doit alors correspondre un style. Une feuille de styles propre aux Presses universitaires du Septentrion peut être fournie.
• Notes : utiliser la numérotation automatique pour les notes qui figurent en bas de pages. Elles seront aussi peu nombreuses et brèves que possible. Il est recommandé de veiller à ce qu'elles ne dépassent pas 20 % du volume global du texte et éviter les appels de notes dans les tableaux et les légendes. Les appels de notes sont placés avant la ponctuation (cf. le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale). Ne pas faire de renvois à des numéros de notes (qui sont souvent incorrects ou non actualisés).
Titres et intertitres, il est conseillé d'éviter les titres trop longs et d'organiser votre texte avec des intertitres, sans dépasser trois niveaux de hiérarchisation (chapitre, titre, intertitre). Sauf cas particulier, il n'y a pas de numérotation. Par conséquent, ne pas faire de renvois dans le texte à des numérotations (par ex., cf. I.1.). Enfin, ne pas mettre de point à la fin d'un titre ou d'un intertitre.
• Citations : elles doivent être rapidement identifiables dans le manuscrit fourni. Toute coupure, raccord ou commentaire personnel doit être placé entre crochets (pour signaler une coupure, utiliser : […]). Les citations courtes doivent être en caractères romains (excepté pour les citations étrangères, qui sont à composer en italiques), entre guillemets (« à la française », comme ici) et dans le corps du texte. Les citations longues doivent être en caractères romains et extraites du texte.
 Illustrations : elles seront imprimées en noir et blanc et apparaîtront en couleur dans les versions numériques (voir la Note aux auteurs pour l'édition pour les recommandations techniques).
 • Index : soit le balisage est effectué en amont par l'auteur dans le texte Word, soit l'auteur fournit la liste des entrées et le balisage sera effectué par Septentrion en automatique (ce qui nécessitera une vérification approfondie).
 Majuscules : veiller à les accentuer (dans Word, cocher la case « majuscules accentuées en français »). L'usage des majuscules doit se limiter au début de phrase ainsi qu'aux initiales des noms propres, éviter d'écrire ces derniers en majuscules.
 Saisir en italiques les titres d'ouvrages, de journaux et d'oeuvres d'art, les expressions latines et les mots étrangers.
Ne pas couper manuellement les mots en fin de ligne. Le trait d'union ne doit servir que pour les mots composés.

Bibliographie et références bibliographiques

Septentrion reste ouvert aux conventions de chaque domaine scientifique et n'impose pas de normes, la bibliographie doit être homogène. Pour les livres collectifs le responsable scientifique doit harmoniser et choisir les règles communes aux articles. Ci-dessous une proposition « classique ».
Pour la bibliographie :
Michalontat, Jacques, Lire et écrire, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2007, p. 123-125.

Pour références bibliographiques citées dans les notes :
Ouvrages : première citation : Jacques Michalontat, Lire et écrire, Villeneuve d'Ascq, Presses
Universitaires du Septentrion, 2007, p. 123-125.
seconde citation : J. Michalontat, op. cit., p. 277.
Articles : première citation : Jacques Michalontat, « Lire et encore lire », Revue des lecteurs,
2007, n° 50, p. 46-50.
seconde citation : J. Michalontat, op. cit., p. 28.
Catalogues d'expositions : Paul Dupont, « Rubens et son siècle », dans cat. exp. La peinture
flamande du siècle d'or
, Washington, National Gallery of Art, Paris, Musée du Petit-Palais,
1996, p. 56-78.
Chapitres dans ouvrages collectifs : Paul Dupont, « Rubens et son siècle », dans J. Durand
(éd.), La peinture flamande du siècle d'or, Paris, 1995, p. 56-89.

Autorisations et droits de reproduction

Il appartient aux auteurs d'obtenir les autorisations nécessaires pour la reproduction des documents auprès des institutions concernées ainsi que de régler d'éventuels droits de reproduction pour une diffusion papier et numérique. Pour augmenter les chances d'exonération, il sera utile d'indiquer dans les courriers qu'il s'agit d'une édition à caractère scientifique et non commercial, que les illustrations seront reproduites en noir et blanc, et que l'édition sera de 600 exemplaires en une seule langue. Un double des autorisations de reproduction et un justificatif de l'acquittement des droits seront joints à l'envoi du manuscrit.

Ci-dessous un article pour vous donner des arguments pour négocier les droits, il y a un mouvement pour l'exonération totale pour les publications nous concernant.
« En réponse aux appels des historiens d'art à débloquer la question du copyright sur les oeuvres du domaine public, un mouvement semble s'amorcer parmi les grandes institutions muséales anglo-saxonnes. Après le Metropolitan Museum of Art de New York, c'est maintenant le Victoria and Albert Museum de Londres qui vient d'annoncer son intention de renoncer dès l'an prochain à la facturation de droits pour les publications à caractère académique. Selon The Art Newspaper, le V&A compte avoir une définition extensive du périmètre concerné, qui comprendrait les presses universitaires, mais aussi les manuels scolaires, certains catalogues et magazines spécialisés. Le musée estime qu'il va perdre environ la moitié des 250.000 £ que lui rapportaient chaque année la commercialisation des droits. Le journal conclut que « cette décision, en créant un précédent susceptible d'être suivi par d’autres musées britanniques, pourrait avoir des conséquences majeures sur la publication d’essais sur l’art ». Martin Bailey, «V&A to scrap academic reproduction fees », The Art Newspaper, 01/12/2006. http://www.theartnewspaper.com/article01.asp?id=525

Règles typographiques de base

Les règles typographiques sont des conventions propres à chaque langue. Il est demandé de respecter les règles propres à chaque discipline et surtout d’avoir un texte homogène. Voici les principales normes adoptées par Septentrion.

Apostrophe et guillemets

• L’apostrophe et le guillemet droits (' et ") sont à éviter.
–– utiliser la forme française « conseiller » (dans Word, aller dans « Outils » puis, « Correction automatique lors de la
frappe ») ;
–– ou la forme anglaise "conseiller" (dans Word, aller dans « Insérer caractères spéciaux » ou voir les raccourcis).
Par exemple, l'"homme" n’est pas correct, l’« homme » et l’"homme" sont deux formes correctes.

Les espaces

• Entre les mots, une espace (féminin).
• Pour les signes de ponctuation :
–– ponctuation haute (? ! / ; :) : une espace insécable avant, une espace après ;
–– ponctuation basse (, . …) : rien avant, une espace après ; –– exception : expression math. et logique, avec le slash (/), les guillemets, l’apostrophe et les Apostrophe et guillemets.

Les tirets

• les tirets courts sont des traits d’union ou de césure, le long (cadratin) est un tiret de dialogue et le moyen (demi-cadratin) est un tiret d’incise
–– trait d’union :("-" du clavier numérique) ;
–– tiret ½ cadratin : (Ctrl + -, avec le "-" du clavier numérique) ;
–– tiret cadratin : (Ctrl + Alt + -, avec le "-" du clavier numérique).

Les abréviations courantes

• Les siècles et les « ièmes »
–– XIVe siècle et surtout pas 14ème, 14e, 14è siècle ;
–– 1er, 1ers, 1re, 1res, 2e, 2es
• Règles générales
–– mot coupé sur sa fin avec un point : référence = réf. ;
–– abréviation se finissant par la dernière lettre du mot pas de point : boulevard = bd ;
–– abréviation de groupe de mot sans point : s’il vous plaît = svp ou SVP.
• Abréviations diverses (quelques exemples) 
–– c’est à dire par c-à-d ;
–– et cetera par etc. (surtout pas etc…) ;
–– hors taxes par ht et non HT qui veut dire haute tension ;
–– Madame par Mme (au pluriel : Mmes) ;
–– Mademoiselle par Mlle (au pluriel : Mlles) ;
–– Monsieur par M. (au pluriel : MM.) et surtout pas Mr. qui veut dire Mister ;
–– nota bene par NB ;
–– page par p.

L’emploi des capitales et des bas de casse1

On ne compose en capitale que :

–– la première lettre d’une phrase ;
–– les noms propres (et l’article du patronyme : La Fontaine) ;
–– les noms de peuples, habitants : les Lillois, les Anglais (pas les langues : anglais) ;
–– les noms historiques Renaissance, Moyen Âge ;
–– les noms de voies, rues, lieux-dits, monuments… rue Grande, Quatre Chemins...
Les capitales sont utilisables pour des titres, mais il faut qu’elles soient accentuées.

Organisme d’état :

• Les organismes multiples :
Ces organismes existant en un certain nombre ils sont donc des noms communs : l’académie de Lille, le conseil général du Nord, etc.
• Les organismes uniques :
Ces organismes son d’état dont la compétence s’étend sur l’ensemble du territoire, ils sont donc uniques. Seul le premier mot nécessaire à son identification porte une capitale, les autres restent en minuscules : les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, la Communauté européenne économique CEE...

Les saints

• On les fait commencer par une capitale s’il s’agit de noms  propres : Saint-Éxupéry, Saint-Michel (la place), la fête de Saint-Éloi…
• On les fait commencer par une minuscule s’il s’agit d’un personnage biblique : saint Nicolas, saint Jérôme, sauf  Sainte Vierge avec majuscules et saint-père sans majuscule.

Les titres

Les titres ou charges sont des noms communs, donc pas de majuscule : (par exemple, « maire de Lille », « présidente de l’université de Lille 3 », etc.).

Les sigles

On ne met plus de point et d’espace après chaque lettre, R. A. T. P. devient ainsi RATP.
De plus, quand le sigle se prononce comme un nom propre, on l’écrit avec une seule capitale : Assedic, Euratom, Onu, Unesco ou Assedic, Euratom, Onu, Unesco (exception : Sncf ).

1.– Minuscules.

 

 

Note aux auteurs pour l’édition

En janvier 2013, les ouvrages édités par les PU du Septentrion
seront proposés simultanément en versions papier et numériques.

Le manuscrit - la composition - le dossier de publication

Après accord du comité éditorial, l’auteur transmet aux Presses universitaires du Septentrion un texte bon à éditer, c’est à-dire un texte structuré dont la rédaction est finie et qui a été relu, en version numérique pour réaliser la composition du livre. Dans le cas d’un collectif, il appartient au responsable d’ouvrage (ed.), un seul s’il y en a plusieurs, de gérer lui-même les relations avec les contributeurs, en particulier de veiller à ce que le manuscrit remis à Septentrion ait déjà fait l’objet des nécessaires corrections par les contributeurs. De plus, il lui revient de suivre attentivement et de bout en bout le processus de publication.

Pour nous envoyer les fichiers, soit par mail ou s’ils sont trop volumineux, par serveur (www.wetransfer.com).

Le manuscrit

• L’auteur remet un texte sous forme numérique, réalisé sous Word ou Open Office (si autre logiciel nous le signaler). Il s’agit d’une version aboutie et relue. Septentrion fera la calibration et le livre sera déclaré « bon à éditer ». Le manuscrit doit comporter :
–– le corpus (une préface et/ou un avant-propos, une introduction, le corps du texte, une conclusion) dans un ou plusieurs fichiers.
–– la bibliographie, la norme est celle du domaine dans lequel le livre s’inscrit, elle doit être harmonisée et homogène (voir la Note aux auteurs pour la rédaction).
• Seront réalisés de façon « automatique » :
1. la table des matières, réalisée automatiquement avec les styles ;
2. l'index, (si votre manuscrit en comporte, voir la note dans § Étapes pour la composition) ;
3. les tables diverses (illustrations, tableaux...) ;
4. les renvois dans le texte.

Soit l’auteur maîtrise ces outils, soit Septentrion les mets en oeuvre.
• Choisir une police unicode,
et nous envoyer les fichiers, surtout en cas de polices particulières (grec, mathématique, symbol…). Si vous souhaitez une police unicode, nous pouvons vous en fournir une (Garamond Premier Pro).
• Les six premières pages du livre sont réalisées par Septentrion, l’auteur doit donner les formules attendues pour les soutiens financiers et éventuellement des remerciements.

Les illustrations

• L’auteur peut accompagner son texte d’illustrations de tableaux, d’encadrés ou de graphiques dont les sources citées auront été vérifiées et dont les droits de reproduction auront été réglés. Ils seront imprimées en noir et blanc et apparaîtront en couleur dans les versions numériques. Les photos devront être de bonne qualité.Elles seront fournies à part du manuscrit, sous forme numérique (format TIFF, PDF ou JPEG, résolution minimum de 300 dpi, en noir et blanc ou en couleurs) ou en tirage papier, diapositives, ektachromes.
• Pour les cartes, schémas et graphiques, dans l’idéal, veuillez nous fournir des fichiers vectoriels (des versions .eps ou .ai) où le texte aura été vectorisé. Veuillez utiliser différents niveaux de gris ou symboles.Éventuellement des tableaux, encadrés et graphiques dont les sources citées auront été vérifiées.

• La qualité d’impression sera très altérée dans le cas où vous fournirez les types de fichiers suivants :
–– des documents basse résolution de 72 dpi (les images provenant d’internet, par exemple). Il est inutile de les passer à 300 dpi (la qualité ne pourra pas être améliorée), comme il est inutile d’agrandir les images de très petites tailles.
–– des versions « image » des graphiques fabriqués dans Word ou Excel. Nous fournir des fichiers dont le texte est éditable ou des tableaux de données (ou des versions .eps ou .pdf ).

• Les illustrations seront accompagnées de leur légende qui seront numérotées successivement et précédées de l’abréviation « Fig. ». Les renvois aux illustrations dans le texte seront indiqués entre crochets : « [Fig.] ».

• Si les illustrations ne figurent pas dans votre document Word, joindre une sortie papier de vos illustrations avec leur numéro d’ordre.

• Nous signaler la présence d’annexes particulières.

Les  légendes accompagnant les illustrations devront être complètes (le n° de l'illustration, le prénom et nom de l'artiste, le titre de l'oeuvre – en italiques –, suivi du nom de l'inventeur dans le cas de gravure d'interprétation, la date d'exécution lorsqu'elle est connue, la technique, les dimensions en cm la hauteur précédant la largeur, le lieu de conservation, et le crédit photographique selon les éléments spécifiés par les institutions concernées ex. : Fig. 1, Lucas Vorsterman, Job tourmenté par sa femme et les diables, d'après Peter Paul Rubens, burin, 39,2 X 26,5 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie – © Cliché Bibliothèque nationale de France).

Étapes pour la composition d’un livre : élaboration du texte et sa structuration

Voir schéma ci-dessous.

Élaboration du texte entre l’auteur et les PU du Septentrion

Première lecture

1) Le fichier est envoyé par l’auteur aux PU du Septentrion.

2) Les PU du Septentrion font une mise en pages provisoire (application de la feuille de styles et insertion des illustrations en basse résolution) et les corrections ortho-typographiques.

3) Un fichier est envoyé par messagerie pour première lecture et corrections dans le texte par l’auteur (dernières corrections possibles dans le texte). Dans le cas d’un collectif, un fichier par contributeur est envoyé au responsable d’ouvrage qui gère les relations avec les contributeurs. C’est la dernière fois que les contributeurs ont la possibilité de corriger leur texte. À la seconde lecture, seul le responsable d’ouvrage relira le texte. Le texte corrigé est renvoyé à Septentrion dans un délai de 15 jours.

3a, b, c et d) En cas d’index (ou renvoi), il est réalisé en insérant des marques dans le fichier pour obtenir un index qui s’adaptera aux formes numériques du texte.

La fin de ce tour marque la concrétisation du texte pour sa structuration et sa diffusion.

Dernière lecture

4) Les PU du Septentrion réalisent une pré-mise en page élaborée qui est envoyée en dernière lecture pour vérification du texte et des illustrations en version PDF (papier à la demande).

5) L’auteur reporte les éventuelles corrections (coquilles, orthographe, fautes de frappe) manuellement sur papier à nous renvoyer. En cas de corrections nombreuses (plus de deux par page) et modifications de texte, il vous sera demandé de les faire dans le fichier Word. Pour un ouvrage collectif, seul le responsable d’ouvrage (éd.) reçoit le texte.

Structuration du texte et mise en forme par les PU du Septentrion

6) Conversion au format XML pour diffusion multisupports, différents formats numériques et version papier.

7) En cas d’ouvrage le nécessitant (illustrations complexes, flux de texte multiple…), l’auteur recevra une version PDF avant impression.

Le dossier de publication et promotion du livre

Le dossier de publication (fichier Word envoyé par Septentrion) est à remplir avec soin, il est essentiel pour la bonne commercialisation du livre, la réalisation de la couverture et la confection des outils de promotion (un flyer numérique et papier).
Vente en librairie : les Presses universitaires du Septentrion sont diffusées en France par l’AFPU (4 représentants faisant la tournée des libraires, un catalogue papier trimestriel) et par Gallimard export pour l’étranger ; distribuées par la Sodis (même distributeur que Gallimard) , le livre est référencé sur Electre, annoncé par Livres Hebdo.
Vente directe : l’ouvrage, en versions papiers et numériques, est à la fois sur le site internet de Septentrion mais également sur celui du comptoir des presses universitaires (LCDPU). Nous avons deux « comptoirs » de vente directe l’un à Villeneuve d’Ascq et l’autre à Paris quartier Saint Germain (square Painlevé, à l’ancien siège librairie Maspero).
Service de presse : un service automatique est effectué par Septentrion (BNF, British council, Librairy of congress, Universités membres de l’association, Google books...) et un spécifique est réalisé avec Isabelle Dauchy.

La couverture

• Illustration de couverture (en fonction de la collection) faire une ou des propositions d’illustration avec l’autorisation de reproduction qui doit mentionner clairement l’indication de copyright et la légende.
• Le ou les portraits des auteurs (sauf pour livre collectif remplacé par la liste des contributeurs avec leurs titres), il est proposé de mettre, en 4e de couverture, à côté de la biographie le portrait du ou des auteurs, proscrire les photos d’identité.

Programmation

La date de programmation du livre (c’est à dire sa disponibilité en librairies) doit être anticipée avec un délai de trois mois au minimum (en mars en librairie = programmation de décembre). De plus, après réception du livre imprimé, 15 jours sont nécessaires pour sa mise en place en librairie.

Lille 1 Lille 2 Lille 3 Université du littoral, côte d'Opale Université Valenciennes Hainaut Cambrésis Université Catholique de Lille