Céline - Le rappel des oiseaux

Céline - Le rappel des oiseaux


Objet

Livre épuisé

Que veut dire rappel? Et puis ce rappel, qui donc ici le bat? Sont-ce les oiseaux qui se rappellent, qui s'appellent entre eux? ou l'oiseleur qui s'essaie aux gazouillis?

Touit-Touit, piouït! Piouït! tuii...tuii!...

Appel ou appeau? Qui appelle et pourquoi? De tous les titres rassemblés dans la première des quatre grandes suites de clavecin que composa Jean-Philippe Rameau, Le Rappel des Oiseaux est sans doute le plus mystérieux. Ce n'est pas dire que ce livre est sans objet. Des objets, il en a, et de toutes les sortes. Des petits et des grands. De bruyants comme les ponts (pont, pont, pont, pont: Ludwig Van et Bibici. Combien de décibels?). De muets comme la danse et comme le cinéma... Beaucoup d'objets mais un seul souci. La musique où s'exprime la caractère amoureusement désespéré de la relation de Céline au monde. Attendant, pour se lier, que les êtres ou les choses ne tiennent plus que par un fil. Qu'il laisse alors filer, de peur qu'il ne se rompe. Mais filer comme on fait d'une ligne. A petits coups, d'un mouvement souple du poignet. Mouvement d'autant plus étudié que, enfin libéré de l'urgence de la prise, il le travaille, en somme, pour la beauté du geste.

Titre Céline - Le rappel des oiseaux
Édition Première édition
Partie du titre Numéro 22
Collection Objet
ISSN 02917335
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
BISAC Classifications thématiques LIT000000 LITERARY CRITICISM
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3643 Essais littéraires
Date de première publication du titre 1992
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: DS
Support Livre broché
Nb de pages 232 p.
ISBN-10 2859394184
ISBN-13 978-2-85939-418-9
GTIN13 (EAN13) 9782859394189
Référence 405
Année de publication 1992
Nombre de pages de contenu principal 232
Format 14 x 24 cm
Poids 370 gr
 


Philippe Bonnefis
Prof. ém. de Lille 3

(1939-2013)

A fondé la collection Objet en 1981.

Bonnefis s'écrivait sans l à la fin. Il ne s'est jamais trouvé de meilleures raisons d'écrire que d'avoir eu à le rappeler sans cesse.

Passant la moitié de l'année aux États-Unis, il vivait entre deux continents. Entre deux langues, deux communautés, deux cultures… Au fond, toujours « entre », et en tout. Jamais tout entier ici, jamais tout entier là. Entre littérature et philosophie, entre critique et création, entre lecture et écriture, entre écrit et oral, etc.

À l’Université d’Emory (Atlanta, Georgia), où il a eu son séminaire pendant plus de vingt ans, il était ce que l’on appelle là-bas a spring-professor. Un professeur de printemps. Compte tenu de son âge, il avait la faiblesse de trouver cette pensée consolante.

Ses maîtres, sauf illusion, étaient : Francis Ponge (parce qu’il veut les choses, mais pas les choses seulement ; parce qu’il veut les mots, mais pas les mots seulement ; parce qu’il veut les deux, et les deux en même temps) et Jacques Derrida (pour la phrase, le tour de phrase, le phrasé ; parce que la pensée de Derrida est une pensée qui s’expose comme manière ; inséparable de la manière dans laquelle elle s’expose ; au fond, ce qu’il aime dans Derrida, c’est le baroque).

La rencontre intellectuelle la plus importante de sa vie a été sa rencontre avec Pascal Quignard, devenu tout ensemble, depuis, son Asselineau, son De Quincey, son Edgar Poe, son Delacroix et son Constantin Guys.

Son ambition, s’il avait pu l’afficher sans ridicule, était de rendre le commentaire sur la littérature… à la littérature ! De là cette démarche qu’on lui a beaucoup reprochée, et qui consistait à aller vers la littérature avec des moyens de littérature. Vers le romanesque, mais en faisant l’économie du roman ; vers le poétique, mais en faisant l’économie du poème ; vers le théâtral, mais en faisant l’économie du théâtre…

Ses goûts littéraires, de loin, pouvaient paraître fort éclectiques. Baudelaire, Rimbaud, Jules Verne, Claude Simon, Francis Ponge, Pascal Quignard… C’était qu’il ne savait adorer qu’un seul dieu, et qu’en la matière il était plutôt polythéiste. Polyglotte, polygame… Il n’en avait pas moins ses auteurs de prédilection, qu'étaient Gustave Flaubert, Jules Laforgue, Jules Vallès, Louis-Ferdinand Céline, Blaise Cendrars et Henri Michaux. Parmi tous les écrivains possibles, ceux qui théâtralisent sans doute le plus leur rapport à la langue. Les grands hystériques du domaine français.

Dont ne faisait pas partie, cependant, Guy de Maupassant. Et pour lui ce n'était pas le moins étrange. Que Maupassant insiste, personnage reparaissant dans sa bibliographie où il ne revient pas moins de quatre fois, est une idée qui le trouble. Que lui voulait ce revenant ? Qu’exigait-il, à la fin ? Il n’en savait rien. Peut-être même ne souhaite-t-il pas le savoir.


Hommages à Philippe Bonnefis

Philippe Bonnefis, né à Dieppe le 20 juillet 1939, vient de disparaître à Lille dans sa 74e année.
Professeur de littérature française à l'Université de Lille 3, il a enseigné, au-delà de sa retraite, à l'université Emory d'Atlanta, aux États-Unis. Directeur des Presses Universitaires de Lille de 1981 à 1986, il a fondé en 1981 la collection « Objet ». Il en avait choisi le titre en raison du caractère « insolite ou bizarre du mot » qu'il voyait tout en rondeur : « Que voulez-vous ? Pour moi, le mot « objet » est rond. » (Entretien avec A. Wald-Lasowski dans Europe, octobre 2010). Il édite dans cette collection des essais préférant la critique littéraire d'un texte à son étude purement universitaire. À l’occasion de la première édition en 1987 de son livre, Mesures de l’ombre, Vincent Kaufmann écrivait que d’essai en essai « c’est en fin de compte un art de la lecture qui est réinventé, dans sa nécessaire pluralité : à l’abri de toute illusion sur la possibilité d’une communauté d’écriture ou de lecture. » Dominique Viart, directeur avec G. Farasse de la Revue des Sciences humaines qu’a dirigée également Ph. Bonnefis, dit de ses livres, « aux confins de la littérature et de la recherche, [qu’ils] demeurent plus que des références : de véritables œuvres littéraires, où l'érudition le dispute au plaisir du verbe, la virtuosité enjouée à l'élégance. Proche des peintres et des écrivains, Philippe Bonnefis était par eux considéré comme un alter ego. »
Philippe Bonnefis a souhaité que la collection « Objet » à laquelle il a imprégné sa marque tant par le contenu que par la présentation de sa maquette disparaisse avec lui. Quand aura paru le dernier ouvrage programmé par ses soins, ce sont au total 85 ouvrages dont il aura dirigé la publication aux Presses universitaires de Lille puis à Septentrion.
Philippe Bonnefis était un universitaire et en même temps un écrivain, un critique, un intellectuel dont les Presses universitaires du Septentrion conserveront un souvenir ému. Elles s’associent à la douleur de sa famille.

- Jérôme Vaillant -

-- 

La Revue des Sciences Humaines est en deuil.
Philippe Bonnefis vient de nous quitter et, avec lui, elle perd celui qui, en compagnie de Jean Decottignies, avait fait d'elle la revue prestigieuse qu’elle est devenue. Il l’avait animée durant vingt ans et continuait d’en être le conseiller attentif. Homme de goût, il ne se souciait pas seulement de la qualité des études critiques qui y sont publiées, il se préoccupait aussi de la maquette de couverture, de la typographie, de la qualité du papier. Il ne négligeait rien. Il manifestait ces mêmes qualités dans la direction de sa collection, « Objet », des Presses universitaires du Septentrion, où sont parus tant d’ouvrages remarquables. Enseignant exceptionnel, il a marqué des générations d’étudiants que ce soit à l’Université de Lille III ou à Emory University (Atlanta). Qui avait assisté une fois à l’un de ses cours ne pouvait plus l’oublier. Chacun d’entre eux était un événement que l’on attendait, de semaine en semaine. Il avait l’art de ménager l’intérêt et de surprendre, l’art, en partant d’un détail négligé, de faire redécouvrir les œuvres les plus connues, comme celle de Maupassant. Beaucoup de ses étudiants, de ses amis, devenus à leur tour professeurs, ont une dette à son égard : il ne ménageait pas sa peine pour les conseiller et leur venir en aide, il les lisait, il les corrigeait, il suggérait, il les publiait. Ce fut, comme aurait dit Ponge, un suscitateur. Tous reconnaissent en lui un maître.
De cet art, ses nombreux livres publiés par les éditions Galilée témoignent : sur Flaubert, Céline, Giono, Michaux mais aussi sur Pascal Quignard ou Claude Louis-Combet, ou encore sur son ami, Valerio Adami, qu’il a traduit et dont il a commenté les portraits. Car il fut de ceux qui ont su porter l’attention sur la littérature contemporaine et en montrer les richesses. Pour qui ne fut pas son étudiant, c’est un legs précieux, stimulant. Car plus que des ouvrages critiques, ces livres sont des essais inventifs où le lecteur savoure à la fois l’œuvre commentée et le verbe de qui la commente : une prose exacte où toute la richesse de la langue est exploitée, chaque mot mis à sa juste place, une prose, qui par son rythme et sa beauté, a une vertu euphorisante. Peintres et écrivains le tenaient pour l’un des leurs. Un dernier livre venait de paraître, comme toujours enjoué autant qu’érudit. Philippe Bonnefis s’y révèle libre comme jamais et c’est aussi de lui qu’il parle entre les lignes: sa manière sans doute de rester parmi nous. Ce livre s’appelle Pascal Quignard, une colère d’orgues : qu’elles sonnent aujourd’hui à sa mémoire.

- Gérard Farasse et Dominique Viart -


Philippe Bonnefis
Logique de l'objet
Flaubert, Baudelaire, Malraux, Cendrars, Ponge, Simon, Quignard, Adami
Perspectives
C'est une couleur (le bleu) ou une odeur (celle de Lazare). C'est une huître ou une baleine. C’est un canapé rouge ou c’est la Tour Eiffel – et puis ce sont des jouets en abondance. Quoi d’autre ? Une maladie (la lèpre), une ère géologique (entre Trias et Crétacé), ou alors un prénom seulement (le prénom de « Pascal »). Mais encore ? Ce signe...



Philippe Bonnefis
Mesures de l'ombre
Baudelaire, Flaubert, Laforgue et Verne
Objet Numéro 79
Le soleil se couche sur l'histoire de la peinture. Triomphe de l'image que les Salons de Baudelaire, sans doute. Mais c'est un triomphe au sens où l'entendent les baroques, une pompe funèbre.



Philippe Bonnefis
Objet Numéro 65
On part ici d'une hypothèse: le nom et la personne de Maupassant ne coïncident pas, séparés l'un de l'autre par la distance incommensurable d'un comme. La coupe du comme discontinue le sujet, l'écarte de sa marque, mais sans qu'elle cesse d'être...



Philippe Bonnefis
Objet Numéro 13
Écrire Baudelaire avec un e au commencement, c'est une faut. Le faire exprès, comme on met des moustache à la Joconde, c'est un acte. Mais alors, quel est le sens de cet acte?Goût de l'outrage, geste de dérision, désinvolture? Pas même cela, j'en...



Philippe Bonnefis
Objet Numéro 1
Nouvelle Édition 1993 (numéro 9) disponible. Parce qu'une mère, ici, donne la vie et ensuite seulement le nom (c'est à Fécamp qu'il voit le jour, mais c'est ailleurs, et c'est après surtout, qu'il reçoit un état-civil), Maupassant se...





Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Édité par Philippe Bonnefis, Gérard Farasse, Jean Luc Steinmetz



Édité par Philippe Bonnefis, Dolorès Djidzek-Lyotard, Patrick Wald Lasowski
Revue des Sciences Humaines, n°264/octobre - décembre 2001
Des fleurs pour vousBalzac, Barrès, Baudelaire, Eichendorff, Giono, Jaccottet, Taine, Zola...



Édité par Philippe Bonnefis, Dolorès Djidzek-Lyotard, Patrick Wald Lasowski



Édité par Philippe Bonnefis



Édité par Philippe Bonnefis, Alain Buisine
La chose capitale
Essais sur les noms de Barbey, Barthes, Bloy, Borel, Huysmans, Maupassant, Paulhan
UL3
Voilà un livre risqué. Tant par son sujet que par sa composition. Car s'il est vrai que la question du nom propre dans la littérature a été souvent posée par la critique, bien plus rarement le nom a été analysé dans son rapport à la personne même de...



Édité par Pierre Reboul, Philippe Bonnefis
La description
Nodier, Sue, Flaubert, Hugo, Verne, Zola, Alexis, Fénéon
Littérature française
Il n'est pas loin le temps où représentation, Mimesis, imitation, etc... - tous les noms auront été tour à tour essayés - furent clouées au pilori de la modernité: illusion réaliste que tout cela! Avant de prononcer une aussi sévère condamnation, il...



Édité par Pierre Reboul, Raphaël Molho
Littérature
Organisé conjointement par le centre de recherche spécialisé Lettres, arts, pensée (XIXe siècle) de l'Université de Lille III et la Société des Etudes Romantiques, benéficiant d'une subvention du Conseil Scientifique de l'Université, un colloque...









Lille 1 Lille 2 Lille 3 Université du littoral, côte d'Opale Université Valenciennes Hainaut Cambrésis Université Catholique de Lille