Presses Universitaires du Septentrion

https://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100614970
Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique
Titre Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique
Sous-titre Aux sources de la Révolution nationale
Édition Première édition
ISSN 12845655
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
BISAC Classifications thématiques HIS000000 HISTORY
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3377 HISTOIRE
Date de première publication du titre 2002
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: NH


Support Livre broché
Nb de pages 464 p.
ISBN-10 2859397744
ISBN-13 978-2-85939-774-6
GTIN13 (EAN13) 9782859397746
Référence 819
Année de publication 2002
Nombre de pages de contenu principal 464
Format 15,8 x 24 cm
Poids 733 gr
Prix 29,85 €
 

Description

Voici l'histoire d'un groupe de penseurs catholiques parvenus à l'âge d'homme à la fin des années vingt et dont l'influence sur son époque n'avait jamais été décrite comme telle. Privée par la condamnation pontificale de l'Action Française d'une doctrine et d'un mouvement qu'elle tenait pour l'expression de sa foi, une Jeune Droite Catholique se rassemble autour de Jean de Fabrègues. Elle mêle les inspirations de Jacques Maritain, Georges Bernanos, Henri Massis, Etienne Gilson, François Mauriac, Gabriel Marcel. Pour les contemporains, Fabrègues et la Jeune Droite Catholique sont, au catholicisme de droite, l'équivalent de Mounier et Esprit à celui de gauche : des "non-conformistes" invitant à une mutation des mentalités. Parmi les mouvements intellectuels des années trente, la Jeune Droite Catholique se caractérise par l'intransigeance avec laquelle elle se dresse aussi bien contre la démocratie parlementaire que contre les régimes totalitaires (communisme, fascisme, nazisme) installés en Europe. Humaniste et non-croyant, Thierry Maulnier se joint à elle après février 1934. La défaite de 1940 donne à Fabrègues un sentiment d'urgence : avec Jean Daujat, Jean et Henri Guitton, Gustave Thibon, François Perroux, il adhère aux principes de la Révolution nationale dans lesquels tous voudraient introduire les semences d'un ordre social chrétien. L'Occupation et l'évolution du régime de Vichy se chargeront de les décevoir, sans pour autant les faire renoncer à leur idéal. Fondé sur des archives inédites, cet ouvrage permet de mieux mesurer la complexité du témoignage chrétien en politique et jette un nouvel éclairage sur l'histoire du vingtième siècle. 

Sommaire

SOMMAIRE
Introduction

Première partie :
Jean de Fabrègues et sa génération.

Chapitre Premier. Exilés dans leur patrie.
I. Catholicisme et société avant 1914.
Un catholicisme intransigeant.
Un catholicisme intégral.
II. La faveur des catholiques envers l'Action Française.
Un retour à l'expression politique.
L'oubli des errements du maurrassisme.
III. Une enfance à l'image des conflits d'une époque.
De la noblesse à la bourgeoisie.
Au coeur du conflit religieux-politique.
La découverte du mal et la passion de l'ordre.
IV. Le culte des héros morts.
De fervents appels au patriotisme.
Le culte de la nation.
Une éducation républicaine à l'excellence.
Chapitre II. Un nationalisme catholique ?
I. Conception de la nation et Action Française.
Une atmosphère d'Union Nationale.
Le nationalisme selon les Ecrivains Catholiques.
En coïncidence avec le nationalisme maurrassien.
II. L'écho des critiques anti-gouvernementales de l'Action Française.
Un discours anti-pacifiste.
Contre la vie chère et le danger bolchevique.
III. Un engagement de vie.
Se dévouer à un idéal.
Le choix de l'action politique.
Des modèles maurrassiens.
Chapitre III. Contre le Cartel des Gauches.
I. La mobilisation catholique.
Dans l'opposition au gouvernement Herriot.
Au quartier latin.
II. La querelle droite/gauche au sein du catholicisme.
Une querelle philosophico-religieuse.
Une opposition politique.
III. A La Gazette Française.
Une revue catholique et maurrassienne.
L'origine de la Jeune Droite Catholique.
Lier l'esprit du Sillon et celui de l'Action Française.
IV. L'appel à l'union des catholiques.
"L'erreur démocratique" du Sillon.
Le refus des lois laïques.
"Briser la ceinture rouge".
Chapitre IV. Dans le grand orage.
I. Un nationalisme intégralement catholique.
L'Action Française à son apogée parmi les catholiques.
Dans la stratégie de défense des catholiques maurrassiens.
La Milice des Chevaliers de Saint-Michel.
Les Cahiers d'Occident.
II. La condamnation de l'Action Française.
Une affaire mal engagée.
Les catholiques maurrassiens au secours de l'Action Française.
L'exemple discordant des aînés.
Défense de l'Occident.
III. Le refus du dilemme.
Défendre une Action Française en déclin.
Un engagement plus intense dans le mouvement.
Pour un réalisme catholique de droite.
A l'Union des Corporations Françaises.
Chapitre V. Les prémices d'une revue.
I. Une revue concurrente des Cahiers de Maxence ?
Les Cahiers de J.P. Maxence.
Un projet de revue concurrente.
Un Maître catholique.
Au service militaire.
II. Convaincre Maurras.
Secrétaire de Maurras.
Joindre les doctrines catholique et maurrassienne.
III. Contre le politique d'abord.
L'Action Française en crise.
Un profond désaccord.
Dissident d'Action Française.

Deuxième partie :
la Jeune Droite Catholique.

Chapitre VI. Le Groupe Réaction.
I. Réaction.
De nombreuses participations, une rédaction réduite.
Le parrainage de Georges Bernanos.
II. Avec la Jeune Droite non conformiste.
Les Cahiers.
La Revue Française.
L'échec d'un projet de revue et de mouvement communs.
III. Un message anti-moderniste et anti-matérialiste.
Bernanos, l'esprit du Groupe Réaction.
L'Amérique, symbole de la crise du monde moderne.
IV. Le procès d'une époque.
Le refus des idéologies.
Le procès de la paix.
Le procès de l'après-guerre.
Révolution et religion.
V. L'enquête sur l'Ordre.
La personne et la nation.
Monarchie et corporatisme.
Chapitre VII. La Revue du Siècle, un non-conformisme de droite catholique.
I. Une vocation d'animateur de mouvement de pensée.
II. L'échec d'un Front commun de la jeunesse française.
Esprit et L'Ordre Nouveau.
Esprit contre Réaction.
L'Ordre Nouveau entre Esprit et Jeune Droite Catholique.
L'échec d'un Front commun.
III. La Revue du Siècle.
La fusion de revues de droite catholique.
Une équipe de rédaction dominée par Réaction.
IV. L'organe de la Jeune Droite Catholique.
"Pour un état d'esprit catholique".
Une révolution contre toutes les formes de matérialisme.
Relever le défi au "manque d'âme de la jeunesse française"
Un ordre catholique.
Chapitre VIII. Vers une monarchie personnaliste.
I. Le Six février 1934.
Une situation politique calamiteuse.
"C'est une révolution".
II. Le lancement du "Groupe du XXe Siècle".
Nos adversaires et nos voisins.
L'oubli de la double nature.
Ni gauche, ni droite.
"Le Groupe du XXme Siècle".
III. La Revue du XXme Siècle.
Une équipe de rédaction royaliste.
Le refus du face à face fascisme/antifascisme.
"Tout catholique est un politique".
Derrière le Comte de Paris.
Chapitre IX. La tentation révolutionnaire.
I. Un révélateur: l'Italie fasciste.
Le voyage à Rome.
L'affaire éthiopienne.
II. La naissance de Combat.
Unir les catholiques sur les principes de l'action politique.
Contre le ralliement.
Une Jeune Droite prédominante.
III. Sous le Front Populaire.
Après le coup de force sur la Rhénanie.
La querelle avec la Jeune Droite au sein de Combat.
Le combat se poursuit.
IV. Un nouvel ordre économique et social.
Au Parti Populaire Français.
Le dialogue sur le thème du prolétariat.
La fidélité à la Monarchie.

Troisième partie :
A la recherche d'une politique chrétienne.

Chapitre X. Une proximité d'idées grandissante à l'approche de la guerre.
I. Un non-conformisme révolutionnaire.
Au-delà du nationalisme.
Une révolution nationale.
Un attentisme anti-démocratique.
II. Civilisation et Esprit.
Une réaction anti-communiste.
"Ne pas séparer la pensée de la vie sociale".
III. Autour de Munich.
Interventionnistes contre pacifistes.
Entre politique et idéologies.
IV. Une commune exigence en 1939 : régénérer la France.
Un même sursaut patriotique.
Réformer la démocratie au nom de l'éthique.
La querelle du personnalisme.
Chapitre. XI. L'engagement dans la Révolution Nationale.
I. Dans la défaite.
La drôle de guerre.
A l'Oflag XVII A.
II. A Vichy.
Une invitation du Secrétariat à la Jeunesse.
Un climat d'intrigues.
Une mise en garde de Gabriel Marcel.
III. Le débat politique autour de la Jeunesse.
Vichy et la Jeunesse.
Mounier contre Vichy.
Le débat sur la jeunesse unique.
IV. A Jeune France.
Un ordre nouveau.
Prendre en mains la Révolution Nationale.
Communauté nationale contre communauté personnaliste.
Chapitre XII. Sous l'Occupation.
I.Autour de la collaboration.
Mounier et la révolte d' Esprit.
Maulnier et la "révolution de l'esprit".
Idées et la Révolution Nationale.
II. 1942: l'année des reclassements.
Mounier le résistant d'Esprit.
Le lancement de Demain.
La critique du régime après avril 1942.
III. Sous la botte allemande.
Plusieurs formes d'attitude.
L'aide aux prisonniers.
IV. Le témoignage de Demain.
Fidélité à Pétain.
Fidélité à un système de valeurs communautaires.
V. La résistance de Destin.
La continuité des rejets.
Une volonté d'ouverture.
Epilogue
I. A la Libération, une nouvelle configuration politique.
II. La France Catholique.
III. Le fédéralisme européen.
IV. La querelle du progressisme.
V. Un homme libre.
Conclusion
I. Le procès de maurrassisme.
II. Jeune Droite Catholique et Esprit irréconciliables ?
SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE