Presses Universitaires du Septentrion

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100830960
Le roman comme laboratoire
Titre Le roman comme laboratoire
Sous-titre De la connaissance littéraire à l'imagination sociologique
Édition Première édition
Auteurs Anne Barrère, Danilo Martuccelli
ISSN 17649587
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Mots clés sociologie
BISAC Classifications thématiques SOC026000 SOCIAL SCIENCE / Sociology
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3081 Sciences sociales
Description public visé L'ouvrage peut s'intégrer dans des enseignements de sociologie de la lecture, sociologie de la culture, sociologie de la littérature, dans certains aspects de cours de méthodologie, ou en lettres modernes, dans des cours sur le roman contemporain, il est susceptible d’intéresser un public potentiellement assez nombreux d’étudiants dans plusieurs universités françaises.
Date de première publication du titre 01 mai 2009
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: JHB
Avec Bibliographie


Support Livre broché
Nb de pages 374 p. Bibliographie .
ISBN-10 2757400967
ISBN-13 978-2-7574-0096-8
GTIN13 (EAN13) 9782757400968
Référence 1153
Date de publication 01 mai 2009
Nombre de pages de contenu principal 374
Format 16 x 24 x 2,4 cm
Poids 686 gr
Prix 25,00 €
 

Description

La compréhension du monde contemporain ne peut pas se faire en tournant le dos à la production artistique de son époque.
Mais alors qu'au 19e siècle, le roman réaliste et la sociologie naissante se sont naturellement inspirés, la conversation entre sciences sociales et littérature s'est progressivement brouillée et affaiblie. Ce processus est même devenu extrême en France, où une critique, inlassablement reprise depuis des années, a décrété la production romanesque actuelle comme désocialisée, insignifiante et enfermée dans les arcanes du moi.
Ce livre est animé par une toute autre conviction, celle que certaines ?uvres recèlent, à condition de bien savoir les lire, des sources majeures pour la compréhension de notre époque. En s'appuyant sur l'analyse de 200 romans, signés par 20 écrivains français contemporains, tous vivants et en pleine activité, il permet de comprendre comment le roman reste une source privilégiée de connaissance et d'imagination pour les sciences sociales.
Une démonstration est faite : le roman est toujours un laboratoire pour étudier la modernité, les individus, les situations et le monde. Non seulement en montrant les limites de certaines formes de saisissement sociologique (personnage social, rôles, intrigues...), mais surtout en permettant de fabriquer de nouveaux outils d'analyse et d'interprétation. Cet ouvrage, sans équivalent, est la première étude sociologique d'envergure de la production romanesque française actuelle.

Sommaire

Introduction
Première partie
DE LA SOCIOLOGIE, DE LA LITTÉRATURE
Chapitre 1
De la sociologie à la connaissance romanesque
I. Retour sur une idylle analytique
II. Les raisons d'une distance
1. La double déconstruction du personnage social
2. La désintégration de l'innocence fictionnelle ou les dérapages
dans l'expérimentation formelle
3. Une condamnation étrangement oecuménique
III. Renouer le fil : retour sur l'expérience moderne
1. Au départ se trouve la modernité (1) : le roman
2. Au début se trouve la modernité (2) : la sociologie
Chapitre 2
Du roman à l’imagination sociologique
I. Lorsque les sociologues continuent à lire les romans
II. Lire le roman français contemporain
III. Une littérature transitive de l’après
IV. La constitution d’un corpus
V. La littérature comme terrain
1. L’herméneutique de l’invention
2. Une méthode de lecture
3. Domaines de savoirs
Deuxième partie
FAIRE, DÉFAIRE, REFAIRE LE PERSONNAGE
Chapitre 3
La triple liquidation du personnage
I. La liquidation du personnage social
1. Le social comme opacité
2. Des singularités
3. Peut-on sortir du personnage social ?
4. Les deux Annie Ernaux
Annie Ernaux, écrivain sociologue
Annie Ernaux a une âme…
II. La liquidation du moi psychologique
1. Défaire l’introspection
Une mise en abîme des connaissances
L’introspection sans lumière
L’introspection sans épaisseur
2. Défaire la réflexivité
La réflexivité à contretemps et improductive
La réflexivité : inutilité et insignifiance
III. La liquidation du roman existentiel
1. Lorsque la question du sens perd son sens
2. Lorsque les objets ne sont que des objets
3. La réinvention romanesque de la quotidienneté
Chapitre 4
Un nouvel âge du personnage : les régimes d’énergie
I. L’énergie et ses régimes
II. Baisses de régime
III. Flotter, dériver, se faire porter : le mouvement comme
pompe à énergie
IV. Les différentiels d’énergie : déflagrations et polarisations
V. L’arrachement, la fuite : le mouvement comme explosion
énergétique
Troisième partie
POUR UNE THÉORIE ÉLARGIE DES SITUATIONS
Chapitre 5
Vers une théorie des relations
I. Introduction nouvelle à une ancienne problématique
II. Des rôles et des relations 1. Les relations en dehors des rôles
2. Les relations parallèles aux rôles
3. Les relations et les rôles : deux dispositifs, une situation
III. La métastase des bizarreries
1. Au début se trouvent les opacités et les bizarreries
2. Le syndrome de l’archéologue ou l’infra-compréhension
3. La méta-compréhension par l’intuition
IV. Le débordement des affects
1. Une présence discrète
2. L’explosion des affects
V. L’étirement des relations
VI. La métrique des distances
1. Douloureuses distances
2. En équilibre ?
3. Agonistiques de la distance : figures de la porosité avec autrui
VII. Boomerang. La connaissance romanesque à
l’épreuve de l’imagination sociologique – la séparation ou le
désamour intime.
1. Les histoires de désamour ne finissent, en général, jamais…
2. La passion après la passion
3. Bizarre ou la compréhension après l’amour
4. La distance de trop ou la métrique impossible.
Chapitre 6
Pour une théorie des ambiances
I. Analyser les ambiances : l’infra-sociologie des romanciers

1. Vers les ambiances
2. Comment les saisir ?
1. À partir des liens

II Atmosphères

1. Àpartir des lieux

2. À partir des lieux et des moments
III. Climats
1. Climats relationnels
2. Climats personnels
IV. Ondes
1. Apparences
2. Présences
3. Désajustements
4. Les ondes des choses et des lieux
V. Magnétisme
VI. Stupeurs
1. De la connivence à la fusion
2. Silence climat, silence fusion, silence fission
3. L’expérience de la fission
VII. Empreintes
1. Du plaisir des sens aux empreintes
2. Le bonheur des empreintes ou l’ataraxie des modernes
3. Malaises
4. La mémoire des empreintes
VIII. Boomerang. Pour un autre discours amoureux
Quatrième partie
AUTOUR DE LA RÉALITÉ
Chapitre 7
Composition : le grand relâchement
I. Des enchaînements à la composition
1. De l’invraisemblable à l’inexplicable
2. De l’inexplicable à l’insolite
II. Les limites du réel ou les retours de réalité
1. Retour de réalité 1 – les objets
2. Retour de réalité 2 – Les liaisons imaginaires
3. Retour de réalité 3 – La folie
4. Retour de réalité 4 – les engrenages
5. Le maître des retours de réalité – Emmanuel Carrère
Au départ se trouve Uchronie
De la fiction à la réalité
Chapitre 8
Irrigations : réalité et imaginaire
I. Des fenêtres imaginaires
1. La vie rêvée des gens
2. Les dystopies imaginaires
II. Des ombres imaginaires
1. La vraie vie est toujours ailleurs
2. La vraie vie est un mirage
3. Les deux visages de la vraie vie dans Les belles âmes de Lydie Salvayre
III. Des scénarios imaginaires
1. Le primat des scénarios filmiques

2. Le différentiel de standardisation des scénarios
3. Recadrages et plaquages furtifs des situations
IV. Les caméras imaginaires
1. La caméra intériorisée
2. La mise en caméra du monde ou l’éducation de masse à la subtilité psychique
Conclusion
Annexe 1 Liste des romans
Annexe 2 Qu’est-ce que l’herméneutique de l’invention ?
Bibliographie