Presses Universitaires du Septentrion

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100691010
Diogène d'Apollonie
Titre Diogène d'Apollonie
Sous-titre La dernière cosmologie présocratique
Édition Première édition
Partie du titre Numéro 9
Auteur André Laks
ISSN 09904476
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
BISAC Classifications thématiques PHI000000 PHILOSOPHY
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3435 LITTÉRATURE GENERALE
3152 Linguistique diachronique (philologie)
Date de première publication du titre 01 janvier 1983
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: QD


Support Livre broché
Nb de pages 336 p.
ISBN-10 285939222X
ISBN-13 978-2-85939-222-2
GTIN13 (EAN13) 9782859392222
Référence 193
Date de publication 01 janvier 1983
Nombre de pages de contenu principal 336
Format 16 x 24 cm
Poids 614 gr
Prix 10,67 €
 

Description

Cet ouvrage s'inscrit dans la série des travaux que le Centre de Recherche Philosophique de l'Université de Lille III consacre à l'étude des cosmologies grecques. Après le système classique d'Empédocle et la réflexion critique d'Epicure à l'époque hellénistique, on s'intéresse ici à un penseur charnière, le dernier représentant de l' "ancienne physique".La notoriété de Diogène d'Apollonie est faible, au-delà du cercle restreint des spécialistes du Ve siècle grec. Ce tard venu n'a pas le renom d'Anaximandre ou d'Empédocle, ni celui de Démocrite, dont il est contemporain. Et pourtant, sa pensée n'est pas seulement l'ultime avatar d'une lignée dont il serait au fond indigne. Elle représente au contraire une forme d'achèvement, offrant une solution possible, dans le cadre du paradigme cosmologique hérité, au problème, laissé ouvert par le système d'Anaxagore, du mode d'action de "l'intellect" (νούς) dans le monde. La pertinence et la spécificité de la démarche, qui induit une doctrine de l'immanence, ressortent clairement quand on la confronte avec la célèbre critique d'Anaxagore menée par Socrate au nom de la téléologie dans le Phédon de Platon, et qui signe l'arrêt de mort de la spéculation présocratique.