Presses Universitaires du Septentrion

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100299650
Le surcoût du capital : la rente contre l'activité
Titre Le surcoût du capital : la rente contre l'activité
Édition Première édition
Auteurs Laurent Cordonnier, Thomas Dallery, Vincent Duwicquet, Jordan Melmiès, Franck Van de Velde
ISSN 17738814
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
BISAC Classifications thématiques BUS000000 BUSINESS & ECONOMICS
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3305 SCIENCES ECONOMIQUES
Date de première publication du titre 21 mai 2015
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: KJ
 


Support Livre broché
Nb de pages 184 p.
ISBN-10 2757409085
ISBN-13 978-2-7574-0908-4
GTIN13 (EAN13) 9782757409084
Référence 1565
Formats associés Version électronique disponible en tant que GTIN-13 - (EAN 13) 9782757411032
Date de publication 21 mai 2015
Nombre de pages de contenu principal 184
Format 16 x 24 cm
Poids 304 gr
Prix 22,00 €
 


Support PDF
Nb de pages 184 p.
Details de produit PDF
ISBN-10 2-7574-1103-9
ISBN-13 978-2-7574-1103-2
GTIN13 (EAN13) 9782757411032
Référence 1565P
Formats associés Publication numérique basée sur (édition papier) GTIN-13 - (EAN 13) 9782757409084
Date de publication 21 mai 2015
Protection technique e-livre Aucun
Nombre de pages de contenu principal 184
Prix 16,00 €
 

Description

Le concept de financiarisation fait référence au rôle croissant des intermédiaires et des marchés financiers dans la transformation des institutions, des comportements et des objectifs des acteurs économiques (ménages, entreprises, institutions financières, État). Dans cet ouvrage, nous montrons que la financiarisation, en promouvant une norme de rentabilité accrue, a élevé significativement le coût du capital pour les entreprises. L'emprise croissante de la finance sur l’entreprise est appréhendée ici à travers la définition de la notion de « surcoût du capital », notion à laquelle nous associons une mesure dont nous suivons l’évolution des années soixante à nos jours. C’est au niveau du comportement d’investissement et de marge des firmes que se situe le point d’application directe du renforcement des exigences de rentabilité financière. Les effets sur la croissance et l’emploi sont quant à eux de deux ordres. L’augmentation du poids de la rente financière se traduit d’abord par une augmentation de la part des revenus financiers a priori défavorable à la consommation. Le principal effet dommageable de l’emprise accrue de la finance sur l’entreprise est cependant constitué par le ralentissement de l’accumulation du capital. Ce second « dégât collatéral » est lui-même double : moins d’investissement c’est d’abord moins de compétitivité et de croissance du pouvoir d’achat (effet-production), mais c’est aussi moins d’emploi (effet-demande). La période dite des « Trente piteuses » peut ainsi s’interpréter comme un nouvel épisode de la lutte entre la propriété et l’activité qui a animé toute l’histoire du capitalisme jusqu’à nos jours.

Sommaire

Introduction
Pourquoi s'intéresser au coût du capital, et à son surcoût ?

1. Actualité de la question
2. Présentation synthétique de l'ouvrage

Chapitre 1
Le coût du travail n’est pas responsable de la dégradation du commerce extérieur français

1.1. Coût du travail et performances à l’exportation
1.2. Coût du travail et demande de biens et services
1.3. Effets structurels, compétitivité hors-prix et désajustements de change  
Conclusion

Chapitre 2
Au cœur du régime d’accumulation financiarisé : un coût du capital élevé.

2.1. Financiarisation des grandes entreprises cotées
2.2. Financiarisation de l’ensemble de l’économie
2.3. Un régime macroéconomique régulé par des expédients  

Chapitre 3
Le coût et le surcoût du capital : définitions et mesures

3.1. Propriété et rémunération du capital
3.2. Coût et surcoût du capital
3.3. Le surcoût du capital : une tentative d’évaluation
Conclusion

Chapitre 4
Des grandes entreprises aux entreprises de taille modeste : l’élévation de la norme financière contamine l’ensemble de l’économie

4.1. L’élévation de la norme financière ne concerne pas que les grandes entreprises.
4.2. Les courroies de transmission de l’élévation de la norme financière.
4.3. Modélisation des impacts macroéconomiques du déversement sur les PME de la norme financière, à travers la pressurisation des sous-traitants et le rationnement du crédit.

Conclusion générale
Références
Annexes