Presses Universitaires du Septentrion

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100128370
Culture ouvrière – Arbeiterkultur
Titre Culture ouvrière – Arbeiterkultur
Sous-titre Mutations d'une réalité complexe en Allemagne du XIXe au XXIe siècle
Édition Première édition
Édité par Dominique Herbet
Collection Mondes germaniques
ISSN 19513526
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Mots clés Allemagne
BISAC Classifications thématiques BUS023000 BUSINESS & ECONOMICS / Economic History
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3377 HISTOIRE
3340 Histoire économique
Description public visé Etudiants en études germaniques, histoire de l'Allemagne, études culturelles.
Date de première publication du titre 14 mars 2011
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: KCZ


Support Livre broché
Nb de pages 430 p.
ISBN-10 2-7574-0210-2
ISBN-13 978-2-7574-0210-8
GTIN13 (EAN13) 9782757402108
Référence 1270
Date de publication 14 mars 2011
Nombre de pages de contenu principal 430
Format 16 x 24 cm
Poids 689 gr
Prix 28,00 €
 

Description

Couvrant une vaste période, de la fin du XIXe siècle à nos jours, l'ouvrage aborde la question de la culture ouvrière dans une perspective transnationale, interdisciplinaire et interculturelle en cohérence avec les questionnements actuels de l'historiographie : à l’heure du discours sur la mémoire du mouvement ouvrier, il en retrace l’évolution dans l’espace germa­nophone, en mettant en évidence des pratiques culturelles porteuses de progrès pour la classe ouvrière.
La notion de culture ouvrière, prise au sens large du terme, est donc analysée dans ses implications histori­ques, politiques, sociologiques, linguistiques et artistiques. Plusieurs études font intervenir la dimension comparatiste avec une mise en perspective entre la Rhénanie du Nord-Westphalie et le Nord-Pas de Calais. La politique culturelle de la RDA, état des travailleurs et paysans, y occupe une place centrale, montrant les limites d’une culture ouvrière imposée et uniquement centrée sur la place de l’ouvrier dans l’appareil productif.
Dans le contexte d’une culture de masse, la péren­nité des notions de classe ouvrière, et donc de culture ouvrière, a pu être remise en cause, mais plusieurs auteurs évoquent aussi une culture qui intègre la dimension du travail, d’un travail aliénant ou précaire, mais aussi l’absence de travail, dans des domaines comme le théâtre, la littérature ou la lutte syndicale, avec notamment les questions d’intégration des immigrés et du multiculturalisme.

Sommaire

Arbeiterkultur – actes du colloque de l'AGES (2010)

I – L'âge d'or du mouvement ouvrier : une politique éducative, culturelle forte dans le prolongement du combat politique
Travail intellectuel et travail manuel. La réflexion de J. Dietzgen, ouvrier philosophe, Françoise Willmann (Nancy).
La social-démocratie allemande sous les lois antisocialistes : le parti de la culture, Anne Deffarges (Clermont II).
De la sociabilité locale à l'échelle internationale : pertinence, enjeux et limites d’une étude comparée des cultures ouvrières des bassins miniers du Nord-Pas-de-Calais et de la Ruhr, Rachel Genvo (Lyon).
La danse et la culture « rythmique » comme moyens d’action sur le travailleur autour de 1900, Olivier Hanse (Saint-Etienne).
Arbeiterkultur und Arbeiterbildung im Roten Wien 1918-1934 : Anpassung an die bürgerliche Tradition oder Arbeiterkultur? Jürgen Doll (Paris XII).
Vienne la Rouge et la politique de logement social, Anne-Marie Corbin (Rouen).
Le défi révolutionnaire de l’art populaire : théories et enjeux d’une culture populaire anti-bourgeoise chez Walter Benjamin, Christine Schmider (Nice).

II – Pratiques culturelles en RDA
« Schreibende Arbeiter in der DDR », Rüdiger Bernhardt (Bergen – bis 1987 Leiter des Zirkels schreibender Arbeiter in Leuna, Vorsitzender der Zentralen Arbeitsgemeinschaft schreibender Arbeiter der DDR).
Rummelplatz de Werner Bräunig : les limites d’une littérature ouvrière en RDA, Carola Hähnel- Mesnard (Lille III).
Wolfgang Hilbig (1941-2007) ou l’impossible identité d’écrivain-ouvrier, Bénédicte Terrisse (Paris IV).
Renaissance d'une culture ouvrière ou imposition d'un modèle idéologique? Le groupe "Die Fähre" (Halle), Patrice Neau (Nantes).
Musique populaire et culture ouvrière en RDA, Hélène Yèche (Poitiers).
Du jardin ouvrier au jardin familial est-allemand : de la culture ouvrière à la culture précaire, Anne-Marie Pailhès (Paris-Nanterre).

III – Littérature ouvrière à l’Ouest
Culture ouvrière et relations amoureuses dans Kasimir und Karoline de Ödön von Horváth, Aline Le Berre (Limoges).
Hans Sachs et le théâtre ouvrier au XXe siècle : une réception paradoxale, Florent Gabaude (Limoges).
Esprit de la classe ouvrière, es-tu là ? La lutte des classes dans le théâtre post-dramatique, Gérard Thiériot (Lille III).
Vom Dortmunder « Gruppe 61 » zum « Werkkreis Literatur der Arbeitswelt », Alfred Strasser (Lille III).
In deutsche Küchen de Biondi : le milieu ouvrier, espace d’intégration ou lieu d’exclusion ? Marion Dufresne (Lille III).

IV –Questions d’identité et d’intégration de la classe ouvrière, évolution vers les questions de mémoire et la culture du souvenir.
« Arbeiterkultur versus Massenkultur » : table ronde
- Ursula Bitzegeio (Archiv der sozialen Demokratie, Bonn)
- Klaus Tenfelde (Bochum)
Sortir du prolétariat. Mutations de la « classe ouvrière » ouest-allemande dans le « miracle économique » (1950-1973), Hélène Miard-Delacroix (Paris IV).
Participation et intégration en France et en Allemagne : quel rôle pour les organisations du monde ouvrier ? Julien Sellier (Amiens).
Le traitement des friches industrielles en France, en Allemagne. Michel Deshaies (Nancy).
Caractéristiques de la langue propre à la classe ouvrière, Norbert Dittmar (FU Berlin).
Les pronoms de solidarité dans le discours revendicatif d'ouvriers français et allemands, Cyrille Granget (Nantes).

V – Croisement des disciplines et des méthodes dans la construction d’une thèse en études germaniques : Table ronde des doctorants
« Sociologie et germanistique : que peut apporter l’enquête de terrain à la discipline ? », Julien Sellier (Amiens)
« Croiser l’Histoire avec la littérature mondiale pour écrire une monographie de littérature allemande contemporaine d’un point de vue diachronique», Bénédicte Terrisse (Paris IV).
« La périodisation de l’œuvre d’Arp (poétique et plastique) comme préalable méthodologique à l’analyse de sa poésie tardive », Agathe Mareuge (Paris III).
« l’étude du sous-titrage de film ou comment appréhender des interactions intra- ou extrafilmiques », Eve Vayssière (Paris IV).
« Constitution et gestion d’un corpus oral en (socio-)linguistique germanique », Britta Jallerat (Paris IV).
« Combiner plusieurs aires culturelles et approches disciplinaires dans une recherche de civilisation allemande », Elise Lanoë (Lille III).