Presses Universitaires du Septentrion

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100057230
L'universite de Douai dans la tourmente (1635-1765)
Titre L'universite de Douai dans la tourmente (1635-1765)
Sous-titre Heurs et malheurs de la Faculté des Arts
Édition Première édition
Auteur Gilbert Dehon
ISSN 12845655
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
BISAC Classifications thématiques HIS000000 HISTORY
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3377 HISTOIRE
3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
Date de première publication du titre 01 janvier 1998
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: NH


Support Livre broché
Nb de pages 304 p.
ISBN-10 2859395636
ISBN-13 978-2-85939-563-6
GTIN13 (EAN13) 9782859395636
Référence 609
Date de publication 01 janvier 1998
Nombre de pages de contenu principal 304
Format 16 x 24 cm
Poids 496 gr
Prix 22,87 €
 

Description

Cette université de la Contre-Réforme, fondée en 1562, fut marquée par l'influence jésuite dès 1567. Les bénédictins y fondèrent également deux collèges. Le 17e siècle, à Douai, fut marqué par de grandes turbulences. Dès 1640, la guerre ravagea le pays, jusqu'à la conquête française en 1667. Louis XIV voulut restaurer l'université, mais très vite, il se heurta à ses résistances dans l'affaire du gallicanisme (1682). Puis, dans la querelle janséniste, la fameuse "fourberie de Douai" permit au pouvoir royal d'éloigner les maîtres proches d'Antoine Arnault. Le 18e siècle s'ouvrit sur une victoire des jésuites: le roi leur confiait à perpétuité, dès 1705, la chaire royale de mathématique fondée pour eux par le gouverneur de Douai. Les jésuites entraient ainsi dans le conseil de l'université, bientôt suivis par les bénédictins à la fin des années 20. Ainsi les réguliers partageaient le pouvoir avec les séculiers et les autorités municipales. Cependant, dès 1749, un nouveau règlement placait l'université sous la férule du parlement de Flandres. Puis, en 1755, le gouverneur des Pays-Bas autrichiens, Charles de Lorraine, interdisait à ses sujets d'aller étudier et même enseigner à Douai. L'université était ainsi réduite à sa dimension à sa dimension nationale. En 1764, après deux ans de résistance, le Parlement de Flandres se résigna à expulser les jésuites, plaçant ainsi une large partie de l'université sous la coupe des évêques et du pouvoirs séculier. Tel fut le destin de cette école importante, qui comptait plus de 1000 étudiants, et qui fut en tous points très fidèle au Saint-Siège. La tradition douaisienne fut surtout mathématique et théologique. Université pauvre en prébendes comme en pensions, Douai n'eut pas l'éclat de nombres universités soutenues par le pouvoir, mais elle sut rester libre, face au roi, face à l'épiscopat. Elle se voua surtout à la défense de l'orthodoxie face au jansénisme.